> Editorial

Editorial

LES CHRETIENS D´ORIENT

Comme vous l´aurez lu dans le dernier numéro de "La vie à Sainte Alix", nos paroisses de l´Unité Pastorale de Stockel-au-Bois (Sainte Alix, Saint Paul et Notre-Dame de Stockel) et de Notre-Dame de l´Assomption ont invité les 8 familles syriennes accueillies chez nous à se rendre à Tourcoing pour y visiter la très belle exposition consacrée aux "Chrétiens d´Orient". C´était le samedi 19 mai dernier, veille de cette belle fête de la Pentecôte 2018. Je voudrais revenir ici sur cette visite car, ayant pu y participer, je peux témoigner que ce fut une belle expérience de fraternité humaine et spirituelle. Ce

Ce qui m´a frappé au cours de cette journée, c´est que c´était en quelque sorte "de l´accueil inversé". C´est nous, chrétiens d´Occident du XXI° siècle, qui étions invités à redécouvrir nos racines grâce à la présence de ces familles appelées à vivre leur foi chrétienne là où l´Histoire du christianisme avait commencé. Sans doute sont-ils arrivés chez nous pour y trouver refuge et, dès lors, devenir des "réfugiés". Ils ont fui la guerre pour ne pas mourir dans les atroces combats que l´actualité ne cesse de nous montrer, par écrans, tv et internet, et photos interposés. 

La présence de ces familles syriennes et chrétiennes nous redit que, si des communautés chrétiennes sont aujourd´hui vivantes dans notre Occident, c´est grâce à la foi de celles et ceux qui, depuis deux millénaires déjà, vivent dans ces terres qui sont le berceau du christianisme. Leur témoignage nous le rappelle et nous invite à l´action de grâces.

Ce qui m´a aussi marqué dans cette exposition des "Chrétiens d´Orient", tout autant que dans le témoignage de ces familles venues de Syrie, c´est la façon dont, dès le début,  le christianisme a pu se développer à travers une riche diversité de rites, de langues et de symboles mais aussi dans une fidélité doctrinale qui a dû se forger au fil des Conciles et Synodes qui ne se sont évidemment pas faits dans des discussions de tout repos! Quand la diversité se vit au carrefour de la fidélité et de la créativité, c´est la promesse d´un avenir qui, dans la foi, peut s´écrire au plein souffle de l´Esprit-Saint.

Il reste que ce beau patrimoine s´est trouvé fragilisé, voire même partiellement détruit, par des persécutions qui n´ont pas cessé, à chaque époque, de frapper les communautés des "chrétiens d´Orient". Sans oublier les croisades qui furent aussi des déchirures vécues jusqu’au cœur même des Églises. Cela fut aussi (et reste) cependant un temps de grande fécondité spirituelle même si le prix à payer ne peut, d´aucune façon, se justifier sans risquer de tomber dans un masochisme spirituel qui est aux antipodes de la démarche chrétienne. 

Mais l´Histoire tourmentée de ces communautés chrétiennes n´aura pas empêché  une abondante et belle production artistique aux accents spirituels et liturgiques, iconographiques et architecturaux très "originaux", porteurs de sens et signe du grand dynamisme de ces Eglises orientales. 

Aujourd´hui, c´est au quotidien que nous pouvons rencontrer, chez nous, ces 30 personnes composant les 8 familles de réfugiés syriens et chrétiens accueillies dans nos paroisses. De façon plus concrète encore, cette exposition des "Chrétiens d´Orient" m´a fait prendre conscience que l´accueil n´est absolument pas à sens unique. Il nous faut entrer dans une démarche de réciprocité qui se fait hospitalité. Nous devenons, en quelque sorte, les hôtes les uns des autres. 

Merci encore à ces familles syriennes de nous révéler des trésors insoupçonnés de notre foi commune. Certes, et ne l´oublions jamais, leur présence au milieu de nous est d´abord la conséquence des drames vécus dans leurs pays. Ils ont dû fuir pour vivre. Avec eux, dans une communion de cœur et de prière, nous pensons à tous les membres de leurs familles et à leurs amis qui sont restés au pays. Que la paix ne tarde pas à revenir et que leur avenir s´écrive, au plus tôt, dans une sérénité retrouvée.

Pour nous, chrétiens d´Occident (et de Belgique) qui avons bénéficié d´une évangélisation plus tardive, que la redécouverte de nos racines communes nous aide à bâtir une Eglise de pierres vivantes  pour notre temps et pour notre monde. L´Évangile n´est évidemment pas lié à une culture mais il n´est pas possible d´isoler l´Évangile des cultures et des époques dans lesquels il doit se développer. C´est l´humus de l´Évangile.

Les chrétiens venus d´Orient nous aident aujourd´hui à vivre une solidarité spirituelle  qui s´est déjà manifestée de multiples façons. Et quand cette solidarité se fait hospitalité, c´est l´accueil vécu avec toutes les couleurs de la vie chrétienne.

Là où les différences deviennent des richesses et là où la communion vécue dans la foi nous aide à frayer des chemins d´Espérance, l´avenir a rendez-vous avec la Paix dans un monde enfin pacifié et réconcilié. Merci pour l´hospitalité vécue et partagée

  • Abbé Philippe Mawet, Curé responsable de Stockel Au Bois