> Editorial

Editorial

Une paroisse parfaite?

On l´oublie parfois mais le pape est aussi - d´abord!- l´évêque de la ville et du diocèse de Rome. A ce titre, il visite des paroisses de son diocèse ou, comme j´ai pu le vérifier sur place avec Anne-Marie Cartois le jeudi 5 novembre 2015, le pape François invite régulièrement les prêtres et des représentants des paroisses de son diocèse à participer à l´eucharistie matinale dans sa chapelle privée.

Le dimanche 15 janvier dernier, le pape rencontrait, sur place, la paroisse romaine de Sainte Marie à Setteville de Guidonia. " Vous voulez être une paroisse parfaite ? ", demanda-t-il aux paroissiens. A travers eux, c´est sans doute la question posée à toutes les paroisses du monde, et donc à la nôtre à Sainte Alix. Et sa réponse fut d´une grande clarté que l´expérience peut évidemment nous permettre de vérifier au quotidien. " Vous voulez une paroisse parfaite? Aucune médisance. Aucune. Si tu as quelque chose contre quelqu´un, va lui dire en face (...). Ce qui détruit une communauté comme un ver (peut détruire une pomme), ce sont les médisances, par derrière". Et le pape d´ajouter: "quand il te vient l´envie de dire une médisance, mords sur ta langue" (pape François)." Une paroisse où il n´y a pas de médisance est une paroisse parfaite", conclura le pape.

Je ne suis pas certain que le plus gros péché de notre paroisse soit celui de la médisance. Sans doute n´y échappe-t-on pas vraiment totalement mais, avec humilité et lucidité, je crois que notre communauté se donne les barrières nécessaires pour éviter de telles dérives. Il reste que personne n´est totalement immunisé par rapport à ce qu´on peut vraiment appeler "un gros péché" mais l´appel du pape nous invite à rester vigilants. En fait, une paroisse n´a de sens que dans son ouverture. La paroisse n´est pas un but en soi.

Elle ne trouve sa place que dans sa façon de vivre l´Evangile et de devenir "un peuple de témoins". "Vous êtes, dit le Christ dans l´Evangile, le sel de la terre et la lumière du monde" (Matthieu 5, 13-16). Et c´est encore le pape qui, lors de cette même visite paroissiale, dira qu´ "être témoin de Jésus ne signifie pas être un saint" (au sens de "parfait")." Dieu est plus grand que notre cœur", dit la Bible et, dans la foi, les paroissiens savent qu’ils peuvent compter sur la puissance de l’Amour que Dieu donne à tous ceux qui l´accueille et qui veulent vivre l´Evangile.

Oui, vraiment, le pardon et la réconciliation sont au cœur de toute vie chrétienne et paroissiale. Cela commence par porter sur l´autre un regard positif (ce qui n´empêche pas la lucidité, au contraire!). Cela suppose aussi l´à-priori favorable et l´audace de la confiance; C´est en quelque sorte ce qu´on pourrait appeler "le ministère de l´encouragement". Dès lors, le plus important n´est pas d´être toujours d´accord sur tout (cela en deviendrait même ennuyeux!) mais c´est de susciter le dialogue dans le respect et la loyauté mais, surtout, dans la confiance.

Mais c´est vrai qu´il n´y a pas de "paroisse parfaite". Nous sommes en chemin avec, au cœur, la joie partagée de la vie fraternelle et du service rendu. Au nom de l´Evangile et pour bâtir un monde plus juste et plus solidaire. Et si cette recherche de "perfection" était aussi celle que recherche notre société ! Il n´y a pas d´un côté des paroissiens et, d´un autre des citoyens. Ceux qui sont chrétiens - c´est d´abord un choix à vivre en liberté-, sont à la fois paroissiens et citoyens. Notre société, dont l´Eglise fait partie, fait trop souvent l´expérience de grands décalages, notamment entre les objectifs affirmés d´un "vivre ensemble" harmonieux et les moyens utilisés qui font sans doute trop de place aux profits personnels et aux intérêts partisans. Il n´y a de vie chrétienne que dans la pâte du monde. Sans complexe ni arrogance, les chrétiens ont pour vocation d´être signes et artisans d´un monde nouveau que l´Evangile appelle "le Royaume de Dieu". A condition de commencer par se convertir, les chrétiens peuvent être des "sentinelles de l´Espérance" jusqu´au cœur de tous les désenchantements d´un monde en quête de sens et de bonheur, de justice et de paix. Avec beaucoup d´hommes et de femmes de bonne volonté, une paroisse - notre paroisse- peut y contribuer. Avec joie et humilité!

  • Abbé Philippe MAWET, curé, responsable de Stockel-au-Bois