> Editorial

Editorial

GESTIONNAIRES et VISIONNAIRES; UNE QUESTION ‘POLITIQUE’

Que notre société - mais aussi nos communautés chrétiennes et nos organisations d´Église - aient besoin de gestionnaires compétents, dévoués et dynamiques, c´est plus qu´évident. Lorsque la gestion vient à manquer, c´est le règne de l´anarchie et c´est aussi, le plus souvent, la loi du plus fort qui l´emporte. La professionnalisation de certains services n´est même plus une matière à option mais une nécessité parce qu´un devoir. Il y va, en effet, de la gestion des biens et de l´argent d´autrui et, dans les meilleurs des cas, des biens et de l´argent mis en commun.

Mais que serait la gestion sans la vision ? C´est vrai qu´il existe des gestionnaires qui sont de véritables visionnaires; ils donnent à notre société et à nos communautés chrétiennes des projets qui ont du souffle parce qu´ils mettent l´humain au premier plan de leurs préoccupations et de leurs priorités. Rendons grâce à celles et ceux qui savent (et qui veulent) articuler la gestion et la vision. Ils sont souvent sur une ligne de crête sur laquelle l´équilibre est toujours difficile à trouver et, par définition, fragile.

Si l´on veut faire un pas de plus dans cette réflexion qui n´est pas sans incidence sur la qualité de vie des citoyens et des "paroissiens" (ce sont souvent les mêmes!), il nous faut faire des choix qui sont davantage de l´ordre des enjeux et des défis à relever plutôt que des problèmes à résoudre. Sans doute, en ces temps de campagnes électorales qui pointent à l´horizon, ces choix seront-ils au premier plan des préoccupations politiques... de nos politiciens. L´expérience montre que ces choix sont souvent limités par les échéances électorales (voire électoralistes) qui empêchent souvent les bons gestionnaires de devenir de grands visionnaires... en sachant qu´il y a des exceptions plus nombreuses qu´on ne l´imagine.

En fait, et pour rejoindre un thème bien présent dans la Bible, il nous faut devenir "un peuple de prophètes". Au plan de la foi, ce sont celles et ceux qui sont porteurs et témoins d´une Parole -celle de Dieu- qui les précède et les dépasse, qui les appelle et les interpelle. Souvent, ils dérangent. Plus souvent encore, ils indiquent un cap qui nous permet d´avancer "plus loin", en eau profonde pour ne pas en rester à barboter sur les rivages de nos médiocrités. Ces prophètes ne sont généralement pas des héros mais plutôt des saints car le héros veille sur sa popularité (avec quelques exceptions que l´actualité récente nous a encore fait découvrir) là où le saint ne se comprend qu´à travers son humilité.

Il est aujourd´hui beaucoup question de gouvernance à tous les niveaux de la société et de l´Église confrontés à ce que doit être aujourd´hui une "saine gestion", Les prochaines campagnes électorales nous permettront d´y réfléchir: peut-être (et hélas!), le riche débat d´idées fera-t-il place à de stériles et partisanes polémiques. En politique comme ailleurs, nous avons besoin de gestionnaires compétents et de visionnaires éclairés capables d´inventer et, surtout, de mettre en œuvre un "vivre ensemble" où chaque citoyen(ne) peut être respecté dans ses droits et encouragés dans ses projets compatibles avec la société démocratique dans laquelle s´inscrivent notre société et nos cultures. L´idéal est évidemment que la gestion et la vision se retrouvent jusqu´au coeur d´un même projet politique, voire même au cœur des charismes et des intentions de chaque candidat et mandataire.

Dans le respect d´une saine distinction des domaines du politique et du religieux, il y a aussi, en Église, à réfléchir sur la façon dont nos projets de société peuvent être inspirés par un souffle de spiritualité capable de hisser l´humain à sa véritable dimension fraternelle. C´est dans ce contexte, par exemple, que l´on peut reconnaître -avec beaucoup d´hommes et de femmes de bonne volonté- que la violence n´est jamais une solution mais aussi que l´angélisme ne peut conduire qu´à des simplismes peu respectueux des réalités d´une société trop souvent tentée par des affirmations identitaires faites de jugements hâtifs et d´intolérance.. Dans ce contexte, et sans aucun prosélytisme, l´Évangile est, pour les chrétiens, une réelle source d´inspiration. Non pas "un programme" mais un souffle. De tous temps, et jusque que dans les livres de l´Ancien (ou du Premier) Testament, les prophètes ont été des baromètres et des sentinelles des communautés mais aussi des sociétés dans lesquelles ils ont vécu.

C´est ici que l´Histoire et l´actualité se retrouvent pour bâtir, ensemble, un monde plus juste et plus fraternel. Les prophètes de tous les temps peuvent nous y aider ... en faisant de nous "un peuple de prophètes"!

  • Abbé Philippe Mawet, Curé responsable de Stockel Au Bois