> Editorial

Editorial

LA SAINTETE REND LE CIEL ET LA TERRE PLUS PROCHES !

Savez-vous qu´il n´y a de saints et de saintes que parce qu´il y a des pécheurs et des pécheresses ? Cela peut paraître paradoxal mais le saint est d´abord celui (ou celle) qui peut reconnaître son péché! N´y voyez ni morbidité ni volonté de se flageller mais, au plan de la foi, le désir de mettre sa vie dans les pas de l´Evangile et, donc; dans une relation d´alliance avec Dieu.

La sainteté doit être insupportable pour ceux qui se croient parfaits. Que peuvent-ils encore attendre de Dieu ou des autres puisqu´ils sont -ou se croient !- au sommet de leur vertu et que rien ne peut encore leur permettre de se remettre en question ? Rien n´est pire que l´attitude arrogante de ceux qui veulent toujours avoir raison! La sainteté est aux antipodes de cette suffisance. En fait, il n´y a pas de sainteté sans l´humilité. Et c´est en ce sens que la figure du saint est aux antipodes du héros.

• Là où l´héroïsme doit se nourrir de l´admiration des autres, la sainteté se bâtit sur un amour  qui ne grandit que parce qu´il y a le pardon. • Là où l´héroïsme doit correspondre à l´image d´un "star system", la sainteté nous redit que nous sommes  créés "à l´image et à la ressemblance de Dieu • La où l´héroïsme crée la distance de l´inaccessible, la sainte ouvre à la communion faite de proximité et de vulnérabilité.

Cela ne veut pas dire qu´il n´y a pas un certain héroïsme dans le témoignage des saints qui ont été jusqu´au bout de leur fidélité à l´Evangile et au Christ.

Mais ce n´est jamais pour en tirer orgueil. La sainteté est plus de l´ordre d´un fruit à cueillir que d´une victoire à acquérir. − La vraie sainteté est faite de beaucoup de fragilités. Il ne s´agit évidemment pas de tomber dans un masochisme spirituel  qui ne peut déboucher que sur beaucoup de culpabilité. Il s´agit ici de la fragilité du cœur de chair qui s´oppose à la dureté du cœur de pierre. − La sainteté est aussi celle de la grâce. "Le catéchisme de l´Eglise catholique nous rappelle que ´ le don de la grâce surpasse les capacités de l´intelligence et les force de la volonté humaine", écrit le pape François dans son exhortation apostolique consacrée à la sainteté ("Gaudete et exultate"n° 54). En fait, la sainteté ne se mérite pas; elle se reçoit! La première attitude est donc celle de la gratitude qui l´emporte -et heureusement! - sur l´effort de l´homme qui, à ce niveau, risque fort de ressembler au "mythe de Sisyphe" (on a beau faire tous les efforts possibles mais on n´arrivera jamais au résultat espéré par nos propres forces). 

Une question souvent entendue est de savoir  si les non-chrétiens peuvent, eux aussi, être des saints. A condition de bien me comprendre, je ne le crois pas ... tout simplement parce que la sainteté n´est pas d´abord une question de vertu ou de mérite mais de grâce et de gratitude envers Dieu. "Dieu seul est Saint" ... et la sainteté sera toujours de correspondre au mieux à cette vocation à laquelle Dieu appelle chacun. Le saint est d´abord celui qui accepte de mettre sa vie dans le cœur de Dieu; la foi l´emporte sur la vertu même si la vertu est le signe qui authentifie la démarche croyante. Evidemment ! En fait, la sainteté n´est rien d´autre que le bonheur à l´état pur... et, donc, à la façon des béatitudes de l´Evangile.

Sans doute reste-t-il à préciser ce qui fait la pierre d´angle de la sainteté ... et c´est la Vie éternelle! Il n´est pas possible de parler de sainteté si on considère la mort comme un terminus. Certes, la sainteté s´expérimente dans tout ce qu´il y a de plus humain mais elle se déploie dans la bonheur de la Résurrection, c´est-à-dire dans la Vie éternelle audelà même de la mort/ On peut donc dire que c´est la sainteté qui donne à nos vies humaines un goût et une saveur d´éternité. Désormais, la frontière entre le ciel et la terre n´est plus hermétique: c´est ce qu´on appelle "la communion des saints".

"Un saint triste est un triste saint", dit l´adage populaire. La sainteté nous fait atteindre aux profondeurs de la joie. Sans rien nier des difficultés de l´existence, la sainteté nous redit que l´Espérance, humble et lucide, est la "vertu" qui se conjugue le mieux avec la sainteté. Que le don de la sainteté fait à chacun et à l´Eglise entière renouvelle le cœur et l´esprit de tous les découragés de notre terre. Que l´émerveillement l´emporte sur le désenchantement car, un peu partout, il y a des rumeurs de sainteté. Ne les entendez-vous pas ? Bonne fête de Toussaint, de tous les saints et sainte de Dieu !

  • Abbé Philippe Mawet, Curé responsable de Stockel Au Bois