> Editorial

Editorial

LE TEMPS des VACANCES... ... DE QUEL TEMPS S´AGIT-IL ?

Avez-vous remarqué combien il est difficile d´avouer qu´il a fait mauvais durant les vacances; et que, contrairement à ce qui avait été prévu, espéré et programmé, le soleil n´était pas de la partie ! C´est un peu comme si, par définition, vacances rimaient avec chaleur et soleil. Sans doute est-ce là le désir bien légitime des vacanciers qui ne souhaitent pas consacrer leur temps et leur argent à passer des vacances sous la pluie ... sauf si, bien sûr, c´était là leur projet initial.

C´est vrai que "la question du temps qu´il fait" est au cœur des conversations lorsqu´il s´agit de parler des vacances ... mais n´est-ce pas aussi parce que "le temps" est au cœur de nos préoccupations quotidiennes et de l´environnement - pas seulement météorologique - dans lequel nous vivons.  Mais de quel temps s´agit-il ?

• Il y a, bien évidemment, le temps de la météo qui n´est pas sans influencer nos humeurs et comportements sans doute aussi parce que la santé et d´autres facteurs peuvent en dépendre, du moins partiellement.

  • Il est aussi "un autre temps" qui est celui qui nous constitue dans notre humanité et qui inscrit nos vies - mais aussi l´Histoire du monde- dans un rythme qui dit leur respiration vitale.

C´est vrai que le temps des vacances est, par excellence, le moment favorable pour donner au temps son rythme et sa qualité de vie. Choisir son rythme de vie est sans doute un des "luxes" devenus très rares! A ce niveau, tout n´est évidemment pas possible car si le temps est une "grâce" (une chance), il est aussi une des limites qui, avec l´espace dans lequel nous vivons et nous mouvons, détermine nos choix de vie et ce que notre liberté rend possible.

  J´ai toujours été frappé par la façon dont les communautés monastiques organisent leur rythme de vie. Ils savent donner, je crois, une dimension d´éternité au temps qui est une des contingences essentielles de notre vie humaine et sociale. Et spirituelle aussi !

Quand on vit sans cesse entre un "j´en viens" et un "j´y cours", il n´y a que le stress au menu de notre quotidien. Peut-être faut-il aussi apprendre à ne rien faire, non pas au sens de l´oisiveté et de la nonchalance, mais au sens d´un temps librement donné (parce que librement choisi) au repos et à la prière, à la réflexion et aux rencontres; C´est donner au temps sa véritable mesure qui, déjà, nous permet d´entrevoir et d´expérimenter ce qu´est l´éternité... qui n´est sans doute pas d´abord une absence du temps mais une  plénitude du temps. C´est une façon de dépasser l´ennui qui naît du non-sens et d´entrer dans une façon de vivre où rien n´est jamais banal. Ce n´est pas pour autant que c´est facile et que la béatitude est au rendez-vous mais c´est une façon de donner à notre vie et à tout ce que nous entreprenons un relief qui est aux antipodes de la routine. 

Certes, ce qui se répète est souvent au menu de notre quotidien mais, un peu à la façon du soleil, nous savons qu´il ne se couche que pour mieux se lever et faire de chaque nouvelle aurore une nouvelle aventure.

Voici donc; "le temps des vacances" qui nous invite à prendre quelques libertés avec le temps qui passe. Nous constatons alors qu´il n´est pas toujours facile d´organiser notre temps. Sans doute sommes-nous trop habitués à subir des horaires qui, le plus souvent, nous sont imposés. Et c´est alors que, tout à coup, lorsque se libèrent des plages-horaires, nous nous sentons parfois démunis par la liberté qui nous est offerte. 

Que les vacances soient donc un temps d´apprentissage pour donner au repos aux relations, aux lectures et aux visites, à la prière et à la contemplation, un rythme nouveau qui corresponde à une véritable respiration intérieure. Il y a des moments où, dit-on, " on voudrait arrêter le temps", un peu comme si on touchait déjà à l´éternité. Mais, peutêtre plutôt que d´arrêter le temps (!), faut-il lui donner une plénitude qui lui donne sa véritable dimension.

Merci d´avoir pris le temps de lire ces quelques lignes. Heureux sommes-nous si nous ne sommes pas les esclaves du temps et si nous pouvons, de temps en temps, nous accorder des moments de pure gratuité. Ce qu´on appelle du temps perdu devient alors du temps donné.

Ici ou ailleurs, je vous souhaite "un bon temps" de vacances au rythme même de l´amour à partager, de la foi à célébrer et des rencontres à tisser. 

  • Abbé Philippe Mawet, Curé responsable de Stockel Au Bois